gestion stocks

Les différentes méthodes de gestion de stock

Publié le 11-07-2022


La gestion de stocks fait partie d’une bonne gestion d’entreprise.

Elle relève d’une discipline rigoureuse, puisqu’elle impacte la trésorerie et donc la santé financière de l’entreprise.

Il existe différentes méthodes de gestion de stocks. Il convient de choisir la mieux adaptée en fonction de l’activité exercée.

L’objectif est de ne pas immobiliser davantage de fonds que nécessaire dans les stocks, et de consacrer ces fonds à d’autres dépenses importantes.


Pourquoi la gestion de stocks est-elle indispensable ?

Toutes les entreprises vendant un produit doivent disposer d’un stock suffisant pour satisfaire la demande.

Il en va de même pour les entreprises de service, qui utilisent des marchandises et produits pour délivrer leur service.

Quel que soit le volume des stocks, leur bonne gestion est indispensable pour optimiser le fonctionnement de l’entreprise et sa trésorerie.

gestion stocks entreprise

Qu’est-ce que la gestion de stocks ?

Le stock, c’est de l’argent immobilisé.

Cet argent immobilisé « dort » donc jusqu’à ce que le stock soit vendu ou utilisé pour délivrer le service et se transforme en flux entrant de trésorerie.

Cet argent ne peut ainsi pas être affecté à d’autres dépenses, parfois indispensables et urgentes.

L’entreprise doit donc trouver l’équilibre idéal entre la quantité minimale de stocks nécessaire et la capacité permanente à satisfaire la demande sans rupture.

Intégrée au tableau de bord du dirigeant, la gestion de stocks consiste ainsi à déployer un ensemble de méthodes adaptées à chaque activité, en vue d’atteindre cet équilibre.

Quels sont les différents types de stocks ?

Les stocks ne sont pas constitués que de produits finis prêts à vendre.

Ils sont composés par l’ensemble des marchandises et matières nécessaires au cycle d’exploitation :

  • Biens destinés à être vendus
  • Biens destinés à être consommés
  • Biens destinés à être intégrés dans le process de production

Ils sont segmentés en 5 types de stocks :

  • Les marchandises : ce sont les biens ou produits achetés et revendus sans qu’ils n’aient besoin d’être transformés.
  • Les matières premières : ce sont les biens ou produits qui doivent obligatoirement être transformés pour être vendus.
  • Les produits semi-finis : ce sont les biens ou produits qui sont en cours de transformation ou de fabrication.
  • Les produits finis : ce sont les biens ou produits finalisés et prêts à être vendus après transformation des matières premières entrant dans leur composition.
  • Les emballages : ce sont les contenants et emballages vides.

La nature du lieu d’entreposage n’influe pas sur le fait qu’il s’agisse bien de stocks.

differents types stocks

Quels sont les enjeux de la gestion de stocks ?

Avant tout, il s’agit d’assurer le fonctionnement continu de la chaîne de fabrication, exploitation et distribution.

Mais les stocks sont aussi à considérer comme une richesse (un actif) de l’entreprise.

Mal gérés, ils peuvent devenir un handicap et mettre en danger sa santé financière.

La notion de gestion de stocks est donc étroitement liée à celle de gestion de trésorerie.

Tout l’enjeu consistant à trouver un juste équilibre.

En-dessous de ce point d’équilibre, on parle de sous-stockage. Au-dessus, il s’agit de sur-stockage.

Gestion de stock : le sous-stockage

La conséquence la plus néfaste du sous-stockage est la probabilité d’une rupture de stock.

La rupture de stock « enraye la machine » en entraînant une désorganisation et potentiellement un arrêt de la chaîne de production. Et donc l’arrêt des ventes à la clientèle.

Ceci entraîne une baisse de chiffre d’affaires, qui peut conduire à ne plus pouvoir faire face aux dépenses de fonctionnement, et à la catastrophe.

L’arrêt des ventes mène en outre à l’insatisfaction de la clientèle, d’autant plus dans le contexte actuel d’hyper-réactivité concurrentielle.

De ce fait, la clientèle va trouver une offre ailleurs, et pour peu qu’elle soit satisfaite, ne revient plus chez vous. Pire, elle vous fait de la mauvaise publicité.

De plus, à l’heure où la clientèle est habituée à l’abondance et au choix, l’entreprise présentant des rayons à demi-vides (ou un catalogue avec des ruptures de stocks) fait toujours mauvaise figure.

En obligeant les clients à un choix forcé sur les produits restants, elle déprécie de facto la valeur perçue de ces derniers. Si l’abondance pousse à la consommation, le contraire est vrai aussi.

enjeux gestion stocks

Gestion de stock : le sur-stockage

Nombre de patrons désirent disposer d’un stock conséquent, pour prévenir tout manque.

Si la démarche est louable, elle est pourtant néfaste lorsque les stocks disponibles sont trop conséquents, car cela entraîne l’augmentation des charges :

  • Un stock, c’est du volume. Stocker davantage demande plus d’espace. Et donc des coûts de location (ou de construction) additionnels.
  • Un stock, c’est du personnel pour le surveiller, le comptabiliser, le déplacer. Davantage de stock = surcroît de personnel.
  • Un stock, c’est une valeur qui doit être assurée. Un stock plus gros augmente la cotisation d’assurance.

En plus de cela, un sur-stock nécessite un besoin en fonds de roulement (BFR) plus important. C’est-à-dire un besoin de fonds accru, qui ne peut pas être affecté à d’autres postes de dépenses.

Si l’entreprise nécessite des investissements dans d’autres projets ou dans des charges de fonctionnement indispensables, elle réduit ainsi ses capacités à le faire.

Enfin, un sur-stock peut engendrer une dévalorisation d’une partie de celui-ci et amener l’entreprise à s’en séparer en réduisant ses marges sur sa revente « bradée ».

Cela vaut autant pour l’obsolescence des produits finis, que pour la périssabilité de matières premières.

Découvrez
notre module
d’estimation
en ligne

doc invite
icon arrow

Choisir sa méthode de gestion de stock

Les deux éléments moteurs d’une bonne gestion de stocks sont :

1. La date de la commande

2. Les quantités commandées

En fonction des besoins de l’entreprise, date et quantités sont fixes ou variables.

Gestion de stock : le bon sens avant tout !

Avant d’évoquer les différentes méthodes de gestion de stock, il convient de rappeler des évidences.

Qui, chez soi, n’a jamais jeté une denrée périmée oubliée au fonds de son réfrigérateur ou d’un placard mal rangé ?

Dans un commerce ou une entreprise, ce geste (qui semble anodin à la maison) peut prendre des proportions importantes aux conséquences coûteuses.

La bonne marche d’une entreprise tient donc d’abord dans le maintien en ordre et en propreté de ses locaux d’activité.

Dans de nombreux cas, les locaux doivent d'ailleurs répondre à des normes spécifiques.

L’on doit y trouver facilement toutes les marchandises, qui doivent être organisées par date de péremption ou ordre d’entrée/sortie.

C’est la méthode classique FIFO (First in first out, soit premier entré, premier sorti, comme à la maison…).

Leur stockage suffisamment clair permet de :

  • Faciliter l’inventaire régulier
  • Eviter la perte de temps en vérifications
  • Faciliter l’entretien des lieux
  • Limiter la prolifération de nuisibles dans le cas de denrées alimentaires
  • Eviter le coulage
  • Véhiculer une meilleure image de l’entreprise à tout prestataire, partenaire ou client qui serait amené à visiter les locaux

En l’absence de logiciel professionnel de gestion de stocks, vous pouvez utiliser des guides pour créer vos documents de gestion des stocks.

Chaque produit doit avoir un stock minimum (le stock d’alerte).

Il faut créer un stock de référence et contrôler vos stocks à intervalles réguliers (le mieux étant tous les jours).

Enfin, l’idéal est de catégoriser vos stocks par produit et fournisseur.

Sur ces bases, il existe plusieurs façons de gérer vos stocks. Il faut adapter la méthode à la nature de votre activité.

differentes methodes gestion stocks

Méthode de réapprovisionnement ou méthode calendaire

La méthode de réapprovisionnement (ou méthode calendaire) consiste à commander à périodicité fixe une quantité identique.

Cette méthode utilise la formule mathématique de Wilson, aussi connue sous le nom de QEC (quantité économique de commande).

Elle permet de déterminer la période optimale de réapprovisionnement d’une unité de production et d’optimiser votre capacité de stockage tout en limitant le coût des commandes.

Elle est généralement utilisée pour les produits de grandes consommations avec des contrats de livraison réguliers, pour lesquels vous avez une grande visibilité. Mais elle laisse peu de place aux imprévus.

Méthode à point de commande

La méthode de gestion à point de commande est adaptée aux flux tendus.

Elle consiste à commander à périodicité variable une quantité identique, en définissant un stock minimum (appelé le point de commande).

Une fois atteint, le point de commande déclenche automatiquement l'approvisionnement.

La méthode de gestion à point de commande est adaptée aux marchandises périssables, onéreuses ou difficiles à stocker (volumineuses, très fragiles, etc.).

En revanche, il faut veiller à leur écoulement régulier pour optimiser les approvisionnements et constituer un stock de réserve raisonnable.

Méthode de recomplètement

La méthode de recomplètement consiste à commander à périodicité fixe une quantité variable.

L’on définit au préalable pour chaque produit un niveau optimum de stock.

A période fixe, le responsable du stock analyse celui-ci et commande la quantité permettant de recompléter au niveau requis.

Cette méthode nécessite d’adapter et faire fluctuer le niveau de stocks par rapport aux volumes des ventes.

Tout comme la méthode à point de commande, elle permet de gérer des marchandises délicates, c’est-à-dire périssables, onéreuses ou difficiles à stocker.

Le risque est également la rupture de stocks.

Méthode de réapprovisionnement à la commande

La méthode de réapprovisionnement à la commande consiste à commander à périodicité variable une quantité variable en fonction de la demande.

Cette méthode demande de bien connaître les besoins immédiats de l’entreprise.

Très flexible, mais plus complexe à mettre en œuvre, c’est la méthode classique qui permet la meilleure gestion de trésorerie à court / moyen terme et d’éviter les sous-stocks et sur-stocks.

methodes gestion stocks

Méthode JAT (juste à temps)

Plus récente, cette méthode est née d’une volonté d’éviter tout gaspillage d’une part, de la notion de proximité et de limiter au maximum l’utilisation de trésorerie.

Son fonctionnement repose sur une parfaite maîtrise de la chaîne fournisseur / entreprise / clientèle et une communication optimale entre tous ses acteurs.

Ainsi, l’approvisionnement est basé sur l’attente des commandes des clients, ce qui amène l’entreprise à attendre le dernier moment pour commander les biens et produits à utiliser.

Les stocks intermédiaires ne sont alors plus nécessaires, et tout ce qui est commandé est « prévendu » ou « préutilisé », sans aucune perte.

Cette méthode impose des contraintes, comme la réduction des distances fournisseur / entreprise pour limiter les délais et les aléas de livraison, ainsi qu’une grande réactivité des équipes.

Il convient également de bien établir les délais de délivrance au client final et de réduire au maximum toutes les étapes intermédiaires.

L’on couple souvent cette méthode avec celle du Kanban, qui consiste à segmenter et étiqueter chaque étape du processus de commande, production et livraison.

On parle alors de flux tirés et non plus de flux poussés. Traçabilité et organisation quasi-militaire sont les deux facteurs de réussite de cette façon de procéder.

En conclusion, une bonne gestion de stocks n’a pas besoin d’être sophistiquée à outrance, mais seulement bien adaptée.

Elle permet ainsi à l’entreprise de :

  • Optimiser son fonctionnement
  • Optimiser sa trésorerie
  • Augmenter la satisfaction de ses clients

FAQ

Les différentes méthodes de gestion de stock en 3 questions


Dans la même catégorie :

icon arrow left icon arrow right
gestion tresorerie entreprise

Nos conseils sur la gestion de trésorerie en entreprise

La gestion de trésorerie est le fondement d’une entreprise pérenne, permettant d’anticiper les flux d’argent pour assurer le financement de l’activ...

Lire tout icon arrow
categories types ERP

Connaître sa catégorie ERP

Les ERP (établissements recevant du public) répondent à des normes d’accessibilité et sont classés en catégories et types. Voici comment s’y retrou...

Lire tout icon arrow
Elaborer tableau bord entreprise

Elaborer votre tableau de bord d'entreprise

Un tableau de bord d’entreprise est indispensable pour mesurer et suivre les performances, puis adapter la stratégie. Voici comment le mettre en pl...

Lire tout icon arrow
gerer entreprise

Nos conseils pour bien gérer une entreprise

Bien gérer une entreprise nécessite de déployer des méthodes adaptées, souvent empreintes de bon sens. Découvrez nos préconisations simples à mettr...

Lire tout icon arrow
methode smart

Fixer vos objectifs avec la méthode SMART

La réussite en entreprise dépend entre autres de la réalisation d’objectifs. Pour fixer ces objectifs, il existe une méthode efficace : la méthode ...

Lire tout icon arrow
optimiser process entreprise

Les méthodes d’optimisation de process en entreprise

La gestion d’entreprise dépend de process établis. Ils doivent évoluer pour rester pertinents et s’adapter au contexte. Voici les méthodes pour les...

Lire tout icon arrow
Chasse gaspillage entreprise

Entreprise : économiser avec la chasse au gaspillage

Le succès en entreprise dépend entre autres d’une bonne maîtrise des coûts. La chasse au gaspillage permet ainsi de réaliser de belles économies.

Lire tout icon arrow
maitriser e-reputation entreprise

Maîtriser l'e-reputation de son entreprise

L’e-reputation traduit la satisfaction de vos clients en ligne. 1er levier de commercialisation ou 1ère cause d’échec, il est indispensable de la m...

Lire tout icon arrow

Découvrez notre

modèle personnalisable de tableau de bord de gestion des stocks, marge et trésorerie

icon leadMagnet